Accès réservé
EQUIPE 1 : RC LENS* - OGC NICE : 2-0 le 12 Décembre 2009 en Championnat (Lire le résumé) ### EQUIPE 1 : US BOULOGNE - RC LENS* : 2-1 le 6 Décembre 2009 en Championnat (Lire le résumé) ### EQUIPE 1 : RC LENS* - OLYMPIQUE MARSEILLE : 1-0 le 28 Novembre 2009 en Championnat (Lire le résumé) ### EQUIPE 1 : RC LENS* - AS NANCY : 2-1 le 21 Novembre 2009 en Championnat (Lire le résumé) ### EQUIPE 2 : RC LENS* - CS AMNEVILLE : 1-1 le 15 Novembre 2009 en Championnat (Lire le résumé) ###
Prochains matchs - RSS
Pas de match à jouer
Derniers matchs - RSS
EQUIPE 1 :
RC LENS* - OGC NICE : 2-0 le 12 Décembre 2009 en Championnat (Lire le résumé)

EQUIPE 1 :
US BOULOGNE - RC LENS* : 2-1 le 6 Décembre 2009 en Championnat (Lire le résumé)

EQUIPE 1 :
RC LENS* - OLYMPIQUE MARSEILLE : 1-0 le 28 Novembre 2009 en Championnat (Lire le résumé)

EQUIPE 1 :
RC LENS* - AS NANCY : 2-1 le 21 Novembre 2009 en Championnat (Lire le résumé)

EQUIPE 2 :
RC LENS* - CS AMNEVILLE : 1-1 le 15 Novembre 2009 en Championnat (Lire le résumé)

Les news - RSS
11/08/2009 : Décès de Lazare Gianessi
Nous venons d’apprendre le décès d’un ancien joueur professionnel du Racing Club de Lens qui avait évolué sous nos couleurs entre 1943 et 1945. Monsieur Lazare Gianessi s’est éteint dimanche.

Lazare Gianessi

Il était natif d’Aniche et avait porté le maillot de l’Equipe de France à 17 reprises, avec notamment une participation à la Coupe du Monde en Suisse. Il avait signé sa première licence au CS Avion, où une tribune du stade porte d’ailleurs son nom. Lazare Gianessi avait remporté la Coupe du Nord des Juniors avec le RC Lens.

Il évolua par la suite à St Quentin, au CORT puis à l’AS Monaco, en qualité de défenseur. Il joua au football jusqu’à l’âge de 52 ans, avant de devenir entraîneur entre 1959 et 1978 (Concarneau, Trun, Villerupt, Port Brillet, puis Concarneau où il vivait).

A sa famille, le Racing Club de Lens présente ses sincères condoléances.

 

 



28/07/2009 : ENTRETIEN AVEC STEEVEN JOSEPH-MONROSE

28/07/2009 : S. J.-Monrose : « Les jeunes sont aussi capables d’évoluer avec les pros »

Auteur de son premier but avec les professionnels lors du match de contre Nice, le jeune Steeven Joseph-Monrose était présent au point presse de ce mardi midi...

Entretien

Steeven, peux-tu nous rappeler un peu ton parcours ?

J’ai tout d’abord commencé à l’âge de 8 ans à Bondy, en banlieue parisienne, avant de passer au pôle espoir de Liévin. Je pouvais évoluer à l’INF Clairefontaine mais suite aux discussions avec Lens, mon père a préféré que j’aille évoluer dans le Pas-de-Calais. J’ai donc débuté chez les Sang et Or à l’âge de 13 ans.

Comment s’est passée ta formation à Lens ?

J’ai commencé en 13 ans avec Hervé Arsène avant d’évoluer sous les ordres de Didier Dubois en 14 ans fédéraux. Par la suite, je suis monté en 15-16 ans avec Eric Assadourian. Ma première année de formation s’est avérée délicate avec des blessures et des difficultés pour m’imposer. Ce n’est qu’en 16 ans que j’ai réellement pu m’exprimer et montrer ce que le Racing est en droit d’attendre d’un jeune du centre de formation. Cette année là, j’étais capitaine, considéré comme un leader, et nous avons remporté le championnat. Je suis ensuite passé en 18 ans, toujours sous la houlette d’Eric Assadourian, avant d’effectuer une saison pleine avec la CFA et quelques matchs avec les pros.

A l’occasion de ta première apparition avec les pros l’année dernière contre Guingamp, tu avais souhaité dédier ton entrée en jeu à tous les jeunes du centre de formation. Est-ce une chose qui te tenait vraiment à cœur afin de montrer que les jeunes peuvent évoluer en équipe première ?

Oui car c’est un plaisir de représenter le centre et de montrer que nous, les jeunes, sommes aussi capables d’évoluer avec les professionnels. J’espère donc que d’autres suivront, d’autant que le Racing peut s’appuyer sur de très bons jeunes.

Comment as-tu vécu la baisse physique ressentie la saison dernière alors que l’on pensait te voir plus régulièrement dans le groupe professionnel après ta bonne rentrée contre Sochaux ?

Je pense que la répétition des matchs effectués en sélection, chez les jeunes et avec les professionnels explique en partie cette baisse de forme connue au cours de l’hiver dernier. Pour autant, j’ai su faire preuve d’abnégation, ce qui explique ma présence dans le groupe professionnel aujourd’hui.

Comment te sens-tu après cette phase de préparation physique ?

Je n’ai repris que tardivement avec les professionnels en raison de ma participation aux Jeux méditerranéens avec l’équipe de France au mois de juin 2009. J’ai donc eu l’occasion de bien travailler physiquement. La différence avec les professionnels se situe essentiellement au niveau de l’expérience. Pour le reste, tout va bien et j’ai d’ailleurs effectué une bonne rentrée contre Nice.

Le fait d’avoir marqué peut  être une bonne chose pour toi, notamment pour convaincre Jean-Guy Wallemme de te donner encore davantage de temps de jeu…

Cette rentrée de vingt minutes m’a surtout permis de montrer que j’étais présent dans l’état d’esprit. Désormais, je vais continuer à bien travailler en prenant mon temps. Je suis patient car de nombreux attaquants composent le groupe. Mais il y a toujours une chance et j’essaierai de la saisir au mieux.

On t’a souvent vu évoluer au poste d’aillier droit. Est-ce le poste que tu affectionnes le plus ?

Au cours de ma formation, j’ai eu l’occasion d’évoluer à tous les postes offensifs. En 18 ans, je jouais davantage en pointe alors qu’en CFA j’étais plutôt sur le côté droit. Chez les professionnels, il est vrai que je préfère prendre le couloir car j’y ai désormais plus de repères, même si le fait de jouer attaquant ne me dérangerait pas non plus.

Tu étais souvent considéré comme un leader dans les équipes de jeunes. Comment vis-tu ce changement avec les professionnels où ton statut n’est forcément pas le même ?

J’observe avant tout car je ne préfère pas encore trop prendre la parole, dans la mesure où mon expérience professionnelle est encore limitée à ce jour. Je découvre un autre monde mais je garderai toujours en moi cette attitude de leader. Peut être un jour serai-je amené à reproduire ce que j’ai appris en formation. Il faut avant tout être patient.

Comment expliques-tu le manque d’allant constaté face à Nice alors que le match contre Lyon, une semaine auparavant, s’était avéré de meilleure qualité ?

Le match contre Lyon fut effectivement intéressant et concernant Nice, je pense que la fatigue a beaucoup influé. Il en est de même pour moi alors que je n’avais pourtant pas joué contre Lyon. La motivation de l’équipe était similaire pour ces deux matchs mais nous n’avions plus forcément les jambes pour faire aussi bien. Franchement, c’était dur.

Comment expliques-tu le fait de ne pas réussir à t’imposer avec l’équipe de France des 19 ans ?

Je ne sais l’expliquer. Je suis régulièrement appelé et je pense avoir les qualités pour apporter à cette équipe. Je ne m’exprime peut être pas suffisamment. Mais ce n’est pas non plus une fin en soi. Le plus important reste le Racing club de Lens. Si j’arrive à réaliser de bonnes performances dans mon club, je pense que l’équipe de France suivra.

Penses-tu avoir du temps de jeu au cours des deux matchs à venir cette semaine ?

Je pense vraiment jouer demain (contre Panthrakikos). Contre Marseille, le coach fera ses choix. Si je suis dans le groupe, ce sera super !

Comment se passe tes relations avec des joueurs, comme Kevin Monnet-Paquet, qui évoluent au même poste que toi ?

Il n’y a pas de rivalité particulière et je respecte tout le monde. D’ailleurs, quand Kevin joue je l’encourage. C’est à moi de montrer que je peux faire partie de cette équipe en donnant le meilleur à chaque entrée en jeu.



Voir toutes les news
L'anecdote du moment
Les résultats de quatre disciplines inscrites aux Jeux Olympiques de 2004 (boxe, tae-kwon-do, lutte gréco-romaine et lutte libre) ont été examinés.
Les épreuves mettaient face-à-face deux adversaires de niveau équivalent dont la couleur de la tenue est attribuée au hasard. 16 des 21 manches ou rounds ont été gagnés par l'adversaire en rouge, et 4 par les "bleus".
Les chercheurs en concluent que "porter du rouge est régulièrement lié à une plus haute probabilité de vaincre" face à un adversaire en bleu.